Galería del Atleta

Iker Madoz Campistegui

Iker Madoz Campistegui

Carpanta

Pampelune, Espagne

A l'âge de 14 ans j'ai commencé à grimper. Au fil du temps je me suis intéressé à différents aspects de l'escalade, et me suis finalement concentré sur la glace. Je m'y suis investi à fond avec enthousiasme et motivation, gagnant le surnom de « Carpanta » (le mort de faim) en référence à mon envie irrésistible de grimper.

Meilleurs moments

  • Quand j'ai commencé à grimper avec mes amis, en vivant de bons moments.
  • L'automne dernier, grimper le Kepa et le sommet du Cervin par la voie Schmidt via la face nord.
  • Cet hiver, lorsque j'ai fait ma première voie à Breitwangflue (Kandersteg)

Les choses à faire

  • L'escalade devrait toujours être associée à la motivation, pas à la nécessité.
  • Les efforts, l'entrainement et l'assiduité sont importants pour réussir des objectifs dans la vie, mais la motivation est toujours plus importante.
  • Passer de bons moments et rire avec des amis est le plus important à l'escalade.

Faits marquants de ta carrière

Durant l'hiver 2014-15, j'ai fait quelques voies alpines (Face Nord des Jorasses, Aiguille Verte, Drus et Cervin), de la glace en Suisse (Urnerboden, Kiental and Kandersteg) et je suis aussi allé au Cirque de Gavarnie (Aloïs et Devil's Breath au 3ème étage, et nous avons ouvert une variante de 4 longueurs au 1er étage). J'ai aussi grimpé de très nombreuses voies dans les temples des Pyrénées (Ordesa, Montañesa, Montrebei, Collegats, Midi, etc.). Ordesa reste pour moi l'endroit le plus brutal que je connaisse et où je peux me dire à chaque fois : « J'y vais ! ».
x