Background history

Histoire

Les premières années

BOREAL a été fondé en 1975 par Jesus Garcia Lopez dans la ville de Villena, en Espagne. La région de Villena possède une grande histoire en matière de fabrication de chaussures, et Jesus était un expert dans les procédés de fabrication et de production de ce domaine. Avec un associé, Jesus créa une nouvelle entreprise, CALZADOS BOREAL S.L.

Les premiers produits à avoir été développé mélangeaient différents styles, associant les avancées en terme de légèreté des nouvelles chaussures de trekking mais aussi les cuirs haut de gamme Norvégiens des chaussures d'alpinisme.

Comme la réputation de cette nouvelle marque grandissait, elle attira l'attention des légendaires pionniers de l'escalade espagnols. Les frères Gallego entendirent parler de ce nouveau constructeur de chaussures, et approchèrent Jesus pour lui demander s'il pouvait développer une semelle en gomme spécialement adaptée aux chaussures d'escalade. Avec Miguel Gallego, Jesus commenca à expérimenter le premier chausson à “gomme collante”. Le tout premier chausson d'escalade BOREAL, LE “El Capitan” était né.

Boreal early years. Gallego and García in front of the Spire Firé.

La révolution des gommes ultra-adhérentes

Du milieu à la fin des années 70, BOREAL poursuivi un programme de recherche et développement dans le but d'améliorer les performances des chaussons d'escalade. La clé était de développer un nouveau composé spécialement conçu pour l'escalade, mais pas uniquement basé sur ses qualités d'adhérence. L'enjeu était aussi de trouver le juste équilibre entre durabilité, dureté et résistance à l'abrasion, nécessaire aux meilleures performances.

En 1979, BOREAL conçu et produit le prototype d'un modèle qui allait devenir le légendaire chausson d'escalade “Firé”. Il fut nommé ainsi après avoir été employé pour réaliser une nouvelle voie au Mallo Fire, une spectaculaire flèche de conglomérat de 300m, située dans la province de Huesca en Espagne.

En 1980, les frères Gallego utilisèrent leur nouveau chausson Firé pour ouvrir la première voie non américaine d'El Capitan. Ils la nommèrent Mediterraneo. La nouvelle de leur ascension se répandit rapidement et quand les frères retournèrent au Camp 4 ils montrèrent leurs chaussons aux grimpeurs présent. John Bachar testa le Firé sur le bloc mythique Midnight Lightning et fut stupéfié par les qualité d'adhérences révolutionnaires de sa gomme.

Au printemps 1983, Bachar s'associa avec BOREAL et les frères Gallego pour importer 265 paires à vendre au magasin de montagne du Yosemite. Durant les deux premières heures du tout premier jour de vente, ils avaient tout écoulé!

A partir de ce moment là, le secret était révélé. Les meilleurs grimpeurs du monde portaient alors des chaussons BOREAL.

Fire Rock Shoes born. Midnight Lightning by Bachar. Gallego brothers in El Capitan.

Succès mondial

Dans les années 80, la demande de chaussons d'escalade BOREAL était énorme, plaçant rapidement la marque comme leader mondial. BOREAL continua à concevoir et développer des chaussons haute performance. L'arrivée de nouveaux matériaux et techniques industrielles donna naissance à des modèles novateurs comme l'Ace, le Ninja, le Vector ou encore le Laser. De nombreux grimpeurs de l'époque ont amélioré leurs performances d'un niveau rien qu'en grimpant avec des chaussons BOREAL!

Cette période vit de grandes avancées dans l'évolution de l'escalade. En collaboration avec ses athlètes et leurs réalisations, BOREAL continua à développer des modèles de plus en plus aboutis, permettant ainsi de toujours repousser les limites.

Les grimpeurs légendaires de cette période comme  John Bachar, Ron Fawcett, Lynn Hill, Wolfgang Güllich, Jerry Moffat, Ben Moon et Yuji Hirayama choisirent naturellement de porter les chaussons BOREAL.

  • 1983:Jerry Moffatt climbs “The face”, Frankenjura - Europe’s first 8a+
  • 1984: Wolfgang Güllich climbs “Kanal im Rücken”, Frankenjura - The world’s first 8b
  • 1985: Wolfgang Güllich climbs “Punks in the gym”, Australia - The world’s first 8b+
  • 1987: Wolfgang Güllich climbs “Wall Street”, Frankenjura - The world’s first 8c
  • 1990: Ben Moon climbs the first 8c+ in the world Hubble, in Raven Tor, England- The world’s first 8c+ (now widely considered to be 9a)
  • 1990: Lynn Hill makes the first female ascent of an 8b+ “Masse Critique”
  • 1991: Wolfgang Gülcich climbs “Action Directe”, Frankenjura, Germany – The world’s first 9a
  • 1992: Lynn Hill makes the first free ascent of “The Nose”, El Capitan.
  • 1993: Lynn Hill makes the first female on-sight 8a.
  • 1999: Yuji Hirayama makes the world’s hardest on-sight “Mortal combat”, France 8c (later reduced to 8b+)
 

  • 1983:Jerry Moffatt climbs “The face”, Frankenjura - Europe’s first 8a+
  • 1984: Wolfgang Güllich climbs “Kanal im Rücken”, Frankenjura - The world’s first 8b
  • 1985: Wolfgang Güllich climbs “Punks in the gym”, Australia - The world’s first 8b+
  • 1987: Wolfgang Güllich climbs “Wall Street”, Frankenjura - The world’s first 8c
  • 1990: Ben Moon climbs the first 8c+ in the world Hubble, in Raven Tor, England- The world’s first 8c+ (now widely considered to be 9a)
  • 1990: Lynn Hill makes the first female ascent of an 8b+ “Masse Critique”
  • 1991: Wolfgang Gülcich climbs “Action Directe”, Frankenjura, Germany – The world’s first 9a
  • 1992: Lynn Hill makes the first free ascent of “The Nose”, El Capitan.
  • 1993: Lynn Hill makes the first female on-sight 8a.
  • 1999: Yuji Hirayama makes the world’s hardest on-sight “Mortal combat”, France 8c (later reduced to 8b+)
  • 1983:Jerry Moffatt climbs “The face”, Frankenjura - Europe’s first 8a+
  • 1984: Wolfgang Güllich climbs “Kanal im Rücken”, Frankenjura - The world’s first 8b
  • 1985: Wolfgang Güllich climbs “Punks in the gym”, Australia - The world’s first 8b+
  • 1987: Wolfgang Güllich climbs “Wall Street”, Frankenjura - The world’s first 8c
  • 1990: Ben Moon climbs the first 8c+ in the world Hubble, in Raven Tor, England- The world’s first 8c+ (now widely considered to be 9a)
  • 1990: Lynn Hill makes the first female ascent of an 8b+ “Masse Critique”
  • 1991: Wolfgang Gülcich climbs “Action Directe”, Frankenjura, Germany – The world’s first 9a
  • 1992: Lynn Hill makes the first free ascent of “The Nose”, El Capitan.
  • 1993: Lynn Hill makes the first female on-sight 8a.
  • 1999: Yuji Hirayama makes the world’s hardest on-sight “Mortal combat”, France 8c (later reduced to 8b+)
  • 1983:Jerry Moffatt climbs “The face”, Frankenjura - Europe’s first 8a+
  • 1984: Wolfgang Güllich climbs “Kanal im Rücken”, Frankenjura - The world’s first 8b
  • 1985: Wolfgang Güllich climbs “Punks in the gym”, Australia - The world’s first 8b+
  • 1987: Wolfgang Güllich climbs “Wall Street”, Frankenjura - The world’s first 8c
  • 1990: Ben Moon climbs the first 8c+ in the world Hubble, in Raven Tor, England- The world’s first 8c+ (now widely considered to be 9a)
  • 1990: Lynn Hill makes the first female ascent of an 8b+ “Masse Critique”
  • 1991: Wolfgang Gülcich climbs “Action Directe”, Frankenjura, Germany – The world’s first 9a
  • 1992: Lynn Hill makes the first free ascent of “The Nose”, El Capitan.
  • 1993: Lynn Hill makes the first female on-sight 8a.
  • 1999: Yuji Hirayama makes the world’s hardest on-sight “Mortal combat”, France 8c (later reduced to 8b+)
  • 1983:Jerry Moffatt climbs “The face”, Frankenjura - Europe’s first 8a+
  • 1984: Wolfgang Güllich climbs “Kanal im Rücken”, Frankenjura - The world’s first 8b
  • 1985: Wolfgang Güllich climbs “Punks in the gym”, Australia - The world’s first 8b+
  • 1987: Wolfgang Güllich climbs “Wall Street”, Frankenjura - The world’s first 8c
  • 1990: Ben Moon climbs the first 8c+ in the world Hubble, in Raven Tor, England- The world’s first 8c+ (now widely considered to be 9a)
  • 1990: Lynn Hill makes the first female ascent of an 8b+ “Masse Critique”
  • 1991: Wolfgang Gülcich climbs “Action Directe”, Frankenjura, Germany – The world’s first 9a
  • 1992: Lynn Hill makes the first free ascent of “The Nose”, El Capitan.
  • 1993: Lynn Hill makes the first female on-sight 8a.
  • 1999: Yuji Hirayama makes the world’s hardest on-sight “Mortal combat”, France 8c (later reduced to 8b+)
  • Lynn Hill in the nose. Shoe Testing in Peñia Rubia.

    Innovations et technologie

    La passion pour les innovations technologiques est profondément ancrée en BOREAL. Innover n'est pas chose facile et exige un engagement total ainsi qu'une grande détermination. BOREAL est très fier d'avoir apporté de nombreuses avancées significatives au monde de la chaussure.

    BOREAL est connu pour avoir apporté les gommes ultra adhérentes aux chaussons d'escalade. En 1986 BOREAL révolutionna de nouveau le monde de la grimpe avec l'arrivée de la toute première ballerine Ninja (premier modèle à fermeture élastique). Auparavant, les chaussons étaient conçu suivant un procédé de montage et collage de la tige ce qui les rendait très rigide. Avec son nouveau système de conception plus près du pied, le Ninja apporta de nouvelles sensations révolutionnant ainsi la construction des chaussons d'escalade. De nos jours, la plupart des modèles sont conçus de cette manière.

    En 1997, Boreal réinventa de nouveau radicalement la construction des chaussons avec l'arrivée du système IRS, dans lequel la semelle et l'enrobage sont moulés d'une seule pièce. L'IRS élimine donc l'emploi de colles rendant les modèles plus durables. Ce procédé de construction limite aussi la déformation et permet d'optimiser les épaisseurs de gomme en tout point du chausson. Aujourd'hui BOREAL emploie la technologie IRS pour pour fabriquer un chausson de location incroyablement résistant, extrêmement apprécié des salles d'escalade à travers le monde.

    BOREAL continue de repousser les limites des chaussons d'escalade en poursuivant les programmes de développement et les tests. En 2009 sortait la nouvelle gomme Zenith®. Cette dernière est tout simplement la meilleure gomme disponible sur le marché actuellement. La Zenith® combine un incroyable niveau d'adhérence et une excellente durabilité. Elle conserve toutes ses performances quelle que soit la température.

    L'expertise de BOREAL concernant la réalisation de gommes de très haute qualité a aussi été mise à profit pour les chaussures de trekking et d'alpinisme. L'unique semelle BOREAL FDS moulée d'une pièce, est constituée de trois différents composés. Chacun d'entre eux a été étudié pour optimiser des paramètres précis. Le bloc semelle FDS fut le premier au monde à être équipé de débords pour la mise en place des crampons. Toujours produit actuellement, il est demandé par de nombreux professionnels pour son incomparable fiabilité et ses performances.

    Boreal Ninja born. Jerry Moffatt. Catherine Destivelle with Jesús García.

    La réalisation de doublures imperméables et respirantes

    BOREAL a pour objectif de développer les chaussures les plus confortables et les plus perfectionnées pour les randonneurs et les alpinistes. En 1984, BOREAL lança la toute première chaussure équipée d'une membrane imperméable et respirante appelée New-Tex®. Plus tard, BOREAL travailla en collaboration avec W.L. Gore & assoc. au cours d'un intense programme de recherche et développement de deux ans, qui about it  à la première chaussure au monde équipée d'une membrane Gore-Tex®.

    Durant le début des années 90, BOREAL travailla étroitement avec Akzo-Nobel ayant pour ambition de développer le meilleur laminé; celui qui surpasserait les autres en terme de fiabilité, d'imperméabilité et de respirabilité. Le résultat de cette collaboration fut le développement du système BOREAL Dry-Line® utilisant la membrane  Sympatex 337 professional. Il équipa la gamme dès 1995. Le 15 Octobre de cette même année,  Jesús García Sr, PDG de BOREAL, reçu une récompense (‘Business Award for Managerial Excellency in the field of Competitiveness and Design’) décernée par le Prince Felipe d'Espagne.

    BOREAL utilise toujours son laminé Sympatex Dry-Line® sur ses modèles haut de gamme. Grâce à ses propriétés uniques, nous croyons qu'il reste le système membrané le plus durable, le plus respirant et le plus confortable du marché.

    Boreal Dryline. Sympatex. Business Award for Managerial Excellency.

    Philosophie de l'entreprise

    BOREAL s'est toujours concentré sur la manière d'acquérir plus d'expérience et ce grâce à une étroite collaboration avec les meilleurs grimpeurs et alpinistes du monde. Il est aussi nécessaire d'avoir la bonne vision commerciale, des installations industrielles et la passion pour développer les produits révolutionnaires qui ont si largement influencé le marché des chaussures outdoor.

    Exceptionnellement pour un fabricant de chaussures, BOREAL produit toute la collection continuellement durant toute l'année. Cela signifie que tous les modèles et toutes les tailles sont constamment disponibles. Cette approche de la fabrication nous permet aussi de continuer à offrir sur le marché des modèles “classiques” plus anciens,  représentant de plus petits volumes de vente. Puisqu'il n'est pas nécessaire de lancer de grandes productions, il est alors possible de conserver ces modèles disponibles pour ceux qui sont intéressés.

    La production continue de tous les modèles signifie que les produits livrés aux magasins sont récents. En effet, la majorité des chaussures expédiées depuis l'usine ont été conçues il y a moins de trois mois. Ce point est particulièrement important concernant les chaussons d'escalade car en vieillissant les gommes s'oxydent lentement en surface, occasionnant une perte des qualités d'adhérence.

    Boreal Zenith rubber. Diabola. Boreal Shoe range

    Une fabrication espagnole – Une entreprise familiale

    BOREAL produit tous ses chaussons d'escalade, ses chaussures d'alpinisme et la majorité des autres produits sur place, à l'usine de Villena. Les gommes équipant exclusivement la gamme de chausson BOREAL sont produites dans une usine dédiée, de même qu'une sélection de blocs semelle comme le célèbre FDS-3. BOREAL choisit avec soin ses matières premières et sélectionne uniquement celles provenant des meilleurs fournisseurs. L'écrasante majorité de ces matières premières provient d'Europe.

    Le contrôle qualité est primordial et le laboratoire présent sur le site de production, teste constamment la qualité de toutes les matières premières entrant dans l'usine.

    Bien que de nombreux processus soient mécanisés, les chaussures restent faites à la main et cela se reflète dans le produit fini. Il n'existe rien remplaçant l'oeil aiguisé et le savoir faire d'un artisan expérimenté, et c'est pour cela que BOREAL choisit de faire beaucoup de choses de manière traditionnelle. Par exemple, toutes les peaux sont éxaminées individuellement pour déceler les imperfections et sont ensuite orientées et coupées à la main. Cela permet d'en faire la meilleure utilisation possible. Des compétences comme celle-ci sont le fruit d'un long apprentissage et ne pourraient tout simplement pas être reproduites par un ordinateur.

    La meilleure partie de BOREAL est probablement l'équipe profondément investie, travaillant à l'usine de Villena en Espagne. De nombreux employés réalisent toute leur carrière au sein de BOREAL. L'entreprise estime et récompense ses salariés. Nous croyons fermement que cela se reflète dans la très haute qualité des chaussures produites.

    En 2015, BOREAL a fêté ses 40 ans et reste une entreprise familiale toujours concentrée sur la fabrication de chaussures. Jesús Jr. est né le jour même ou l'entreprise fut fondée et aujourd'hui, lui et son frère Jorge en ont pris les rênes. Le prochain chapitre de BOREAL est en train de s'écrire et leur père, Jesús Sr., continue de célébrer chaque jour ce magnifique succès.

    Boreal turn 40 years. Jesús Garcia holding the famous rock shoe Firé.